Hatha-yoga

Publié le 22 juillet 2014 par Alexandre

Pour comprendre ce qu’est le Hatha-yoga, arrêtons-nous un instant sur la définition de ce qu’est le « Yoga » pour voir par la suite ce qu’est le Hatha-yoga. Un simple article n’y suffirait pas, pas plus qu’une conférence d’ailleurs, car le Yoga a bien des formes, bien plus que celles que nous connaissons en occident et surtout parce qu’il est une expérience, une pratique régulière. Comment expliquer une expérience, on ne peut que la vivre, que l’être. Nous allons ici en donner une définition, chasser les idées reçues sur cette (ces) pratique(s) qui nous vient de bien avant les premiers écrits des Védas et qui reste une tradition vivante de nos jours, notamment sous la forme du Hatha-yoga.

Dès les premières présentations du « Yoga » en occident, il fait l’objet d’attaques de certains grands penseurs du 18éme et 19éme (Goethe, Saint-Hilaire…). Ils ont fait l’amalgame de tout et de n’importe quoi : tantrisme, bouddhisme, hindouisme, ascétisme, sorcellerie, magie noire… Nous sommes loin, voire même très loin de notre engouement contemporain : on parle même de danger pour la société, c’est dire ! Pour donner une bonne définition de ce mot exotique, partons de la racine sanscrite de ce dernier. Le mot « YOGA » vient du mot sanscrit YUG,  qui signifie : joindre, atteler, relier, unir ; il est donc la jonction, l’unification. On peut donc se poser la question : l’union ou la jonction de quoi et quoi ? Eh bien l’union de JIVATMAN (l’âme individuelle) et PARAMATMAN (l’âme universelle, le Soi suprême). Pour expliquer très simplement l’âme individuelle impliquée dans l’action de ce monde (illusoire) et le Soi suprême « âme universelle » immuable et éternelle, dont nous sommes chacun un fragment, une étincelle séparé par l’illusion (maya, ou monde phénoménal). On comprend mieux alors pourquoi une telle « idée » a pu être mal reçue dans nos univers cartésien, judéo-chrétien…

Les upanisahd (textes anciens) parlent de ce Soi suprême ainsi :

« Ni par la parole ni par la pensée le Soi ne peut être appréhendé » Katha-upanishad.

« De là reviennent perplexes les paroles et le manas (mental) sans avoir pu L’atteindre » taittiriya-upanishad

« Le Soi est incompréhensible, Il ne peut jamais être compris » Brhad-aranyaka-upanishad.

Alors si le but est de faire Un et que l’approche intellectuelle (via le cumul de connaissances) est vouée à une certaine forme d’échec, comment s’y prendre pour réaliser cette union? C’est bien là, à mon sens, toute la différence entre l’approche occidentale et orientale de ce qu’est la définition de : la « Vérité » dans le sens de ce qui est « vrai » ou existe, car l’union se fait entre deux choses qui existent, qui sont. En asie depuis des siècles l’approche est de comprendre que ce qui est ne l’est pas seulement par ce qu’on peut le reproduire, l’appréhender via les 5 sens, mais bien par ce qu’on en fait avant tout l’expérience en soi.L’ expérience est intérieure et au-delà de notre corps-mental, elle ne s’explique pas, elle ne se comprends pas, elle se vie, on l’est, c’est « êtreté ». Passer par sa propre expérience comme le disait le Bouddha, avant chacun de ses serments:  » Ne me croyez pas pour me croire! remettez toujours ce que je vous dis en question, passez par votre propre expérience. Je peux vous mener à la source, mais je ne puis boire pour vous ». On dit aussi dans la tradition Juive:  » si tu trouves une réponse à une question; remet là en question. »Cela  veut bien dire que nous sommes les seuls à pouvoir réussir cette union avec le Soi, personne n’a le pouvoir de le faire pour nous, nous sommes donc libre. Cette union nous révèle donc la liberté d’être: qui nous sommes! Voila donc un gros pavé dans la mare de certains des concepts de l’occident, une vérité qui dérangea les dogmes et les « ismes » en tout genre. Le yoga est donc la mise en oeuvre de toutes les méthodes possibles pour arriver à l’union ultime du moi limité et transmigrant et du Soi infini et immuable. Il y a donc plusieurs techniques, plusieurs yogas qui se sont développé, car tous les mots qui précèdent le mot Yoga comme dans Hatha-yoga vous donne une indication du moyen utilisé pour atteindre à cette union.

Vous comprenez donc qu’il n’est pas vraiment « correct » de dire par exemple: « je vais à mon cours de yoga. » Cela reviendrait à dire: » » je vais à mon cours d’union de l’âme individuelle et de l’âme universelle ou du Soi suprême. » Ce qui peut avoir beaucoup d’effet dans un dîner mondain soit dit en passant. Alors que faites vous pendant une heure ou une heure et demie sur votre tapis avec toutes ces autres personnes, en tenues strech, comparant ça et  là les derniers tapis 100% bio tendances et autre coussin en rembourrage de kapok  de Malaisie (bio aussi),  tout en sirotant les derniers parfums des Yogitea saison 2014 et leur petite étiquette de sagesse des adeptes du patchouli? Oui que faites vous en vérité? Et bien, vous pratiquez des Asanas, du Pranayama et des Kriya et finissez en général par Dix minutes de Nidra-Yoga. Encore des mots en sanscrit?! Oui tout à fait! Pour la forme nous devrions dire que nous pratiquons une séance d’Asana (posture) et de Pranayama (repiration, souffle) et/ou Kriya (netoyage), cela dit dans le langage courant c’est devenu: une séance de Yoga; ce qui, pardonnez moi: ne veut en fait rien dire ou pas grand chose. Saviez-vous que les pratiques physique ont étés mise au goût du jour seulement au début et fin du dernier siècle, notamment par Swami Shivanada et Swami Vivékananda? Et j’irais même jusqu’à vous révéler qu’en Inde, c’était très mal vu d’aller se rouler par terre durant des heures à moitié nu. C’était réservé ou accepté pour certaines personnes (en marge de la société) dans les montagnes et autres grottes de l’Himalaya, ou à des fous cheveux hirsute se promenant eux complètement nus! J’irai même jusqu’à vous dire qu’a l’origine il était réservé traditionnellement à des personnes en bonne santé, ayant fait le choix de faire une sadhana(pratique spirituelle auprès d’un Maître) après avoir passé bien des test de leur Maître avant qu’il ne les accepte comme disciple, et qu’il était enseigné seulement dans un rapport: UN Maître/ UN élèves. Nous sommes bien loin des séances spéciales femmes enceinte, ou personnes du troisièmes âges et des séances à 45 élèves dans des salles chauffées à 35 degrés, n’est-ce pas? Heureusement le Yoga et ceux qui le transmettent se sont adapté et l’ont fait évoluer.

Alors quels sont tous les yogas qui existent aujourd’hui? Je parlerai ici de la tradition et pas des nouvelles formes qui je crois sont intéressantes certainement et surtout très… lucratives. Les débuts du yoga et de la pratique corporelle ( secrète et reservée aux ascètes des forêts ou des montagnes) se perdent dans la nuit des temps de par la tradition orales de l’hindus. Deux textes fondamentaux cependant nous parles du et des Yoga en plus des Védas et des Upanishad. Tout d’abords, l’un des plus connu: » Les Yogasutras de Patanjali » dont vous pouvez trouver une excellente traduction et commentaire par Alyette DEGRACÊS  aux éditons FAYARD et ensuite: la » Bhagavad Gîtâ (le chant du Seigneur) » dans pleins d’éditions. Patanjali est aussi un être mythique, on ne sait pas vraiment dater ce texte dont la mise en oeuvre aurait duré plusieurs siècles de 300 avt/JC à 400 apr/JC (la datation est difficile en Inde). Ce texte codifie le yoga (Raja-yoga) et le regroupe en 8 pilliers: contrôle de soi vis a vis d’autrui; contrôle de soi intérieur; postures; souffle; retrait des sens, concentration, méditation, état d’unité le fameux Samadhi. Dans la Bhagavad Gita entre 400 av et 400 ap/JC, Krishna nous parle des différents Yogas qui permettent de s’unir à lui (en tant que Soi immuable) : karma-yoga(action désintéressée); Bhakti-yoga( la dévotion les chant etc…); Jnana-yoga(étude des textes anciens et leur expérience). Nous voyons donc bien que ce Yoga ne se réduit pas seulement à des postures sur un tapis, il est un engagement quotidien de vie, comme le dit Tara MICHAEL: « Le yoga est la maîtrise du véhicule psycho-physique, le contrôle complet des différents éléments de la nature humaine, l’art de les intégrer en un TOUT unifié et de les diriger ensemble vers le but suprême. »

Qu’en est-t-il du Hatha-yoga? Le texte principal du Hatha-yoga est: Hatha-yoga-pradîpika (petites lampes du Hatha-yoga) en d’autre termes « Lumière sur le Hatha-Yoga, écrit au 12èm ou 15èm siècle par Swami Svatmarama disciple du Siddha Gorakshanath. Hatha nous indique le chemin de cette tradition qui est celui du corps et de l’effort non pas « violant » comme il est traditionnellement traduit mais: soutenu. HA le soleil et THA la lune, c’est donc par l’équilibre de la part lunaire et solaire, mâle et femelle, positif et négatif comme les pôles d’une pile), ying et yang, que l’on arrive par une pratique assidue à l’union universelle, l’état de YOGA. Pour cela on utilisera les postures, les kriyas, le pranayama, la méditation dans les postures (dynamique) le nidra-yoga (relaxation). On n’enchaîne pas les postures selon une séance préétablie qui ne varie jamais, on adapte les postures et les temps de repos celon la saison, le climat, le moment de la journée ( matin, midi, soir). Les séances peuvent êtres dynamique et/ou relaxantes voir même les deux. Et surtout on respecte ce qu’est une Asana( une posture) qui comporte 4 temps (tradition Hatha-yoga) a savoir: monter la posture; maintenir la posture et êter en état méditatif, défaire la posture, temps de repos pour accueillir les effets de cette posture. Sans cela,  c’est un enchaînement de posture, ce ne sont plus des asanas ou l’on se concentre sur la respiration et le temps de pause, cela devient…de la gym, c’est qui est bien aussi. Au-delas de la pratique lors d’une séance quotidienne pendant une heure et demie sur un tapis, Bio ou pas, on sera vigilant à notre interaction avec autrui, avec l’alimentation sans forcement devenir un mangeur de graine ou un « pro-végétalienniste » intégriste et en étudiant le Samkya (philosophie du yoga) la Bhagavad Gîtâ, l’advaita-védenta on commencera peut-être a se poser les bonnes question s concernant nos choix de vie…et un jour une question: QUI SUIS-JE…. ou pas.

Depuis que je suis professeur de Hatha-yoga j’observe mon être se transformer intérieurement, lentement mais surement chaque jours. J’observe aussi mes élèves ou amis « Yogis(nis) » changer eux-aussi, vers un mieux-être général, une ouverture d’esprit, une paix toujours présente et rayonnante, simple et accessible à qui veut bien regarder en Soi. Comme le disait un Maître Indien ( Sri Papaji) : » Pour être heureux il n’y a pas besoin de raison, pour être malheureux il faut une raison, vous êtes malheureux à cause de quelque chose. Alors qu’être heureux est votre nature même. »

Sur mon asan (tapis), j’ai sué, pleuré ou ragé de frustration, éclater de rire et de joie et vécu des états que je ne puis décrire avec nos mots, et c’est ce qui m’a donné l’envie de transmettre; par la Grâce de celui qui Est cela est possible aujourd’hui. Ma grande joie est de voir des êtres passer par les mêmes expériences, voir la lumière et le sourire sur chacun de leur visage après une séance d’asana et de pranayama, voir comment ils réapprennent à « redevenir » Un et comment ils m’apprennent aussi à m’en souvenir chaque jour.

Je remercie ma « Maman-yoga » Danielle El Mouassak, qui pendant deux ans m’a inviter à venir faire une première séance. Grâce à la douceur de son amour et à la transmission de son enseignement informel, elle a su éveiller en moi le Yogi qui dormait profondément. Merci a toi, Grâces te soient rendues.

Om shanti, shanti, shanti. ( om, Paix, Paix, Trois fois Paix)

2 réponses à “Hatha-yoga”

  1. il est dit aussi « que c’est grâce à quoi la pensée pense mais que la pensée ne saurait penser »
    je trouve cette phrase très explicative sur « l’atma » !!! merci ! Nicole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.