Salutation au Soleil (Hatha Yoga)

Publié le 22 septembre 2014 par Alexandre

Surya : le Soleil.
Namaskar : salutation.

« Tu nous apprends la salutation au soleil s’il te plaît, Babalex ? » me demandent les élèves.
« Pas tout de suite. » ma réponse en général, et je vais vous expliquer pourquoi.

Tout d’abord il est important de savoir qu’il n’existe pas UNE salutation mais bien des dizaines. Pourquoi ? Eh bien parce que chaque grande école a développé la sienne ou amélioré celle d’une autre : on peut ainsi trouver bien des variantes.
La salutation au soleil est un enchaînement de postures visant à travailler le système cardio/respiratoire en le développant. Cela peut donc dériver vers la performance sportive, et alors la compétition s’installe : « moi j’en fais 12, et toi tu en fais combien ? » ou bien encore : « Tu crois qu’on doit en faire combien pour que ça soit efficace ? » (ce qui sous-entend perdre du poids, etc.).
Je dirais, comme le dit un de mes Maîtres : « En faites-vous déjà UNE correctement ? ».

SuryaNamaskar demande de l’entraînement, de l’équilibre, de la persévérance dans la répétition et de la patience. Il est donc évident qu’une bonne connaissance de notre propre corps, notre équilibre, nos émotions et une grande vigilance quant à : « aujourd’hui j’en fais 16 ! » sont de rigueur. Avant d’arriver à enchaîner les différentes postures, sans se tromper, ni de jambe, ni de côté, ni d’avoir à se rappeler de là où l’on en est dans l’enchaînement, tout cela en calant la respiration, un peu de temps et de répétition sont nécessaires. Mais avant toute chose cela demande un(e) BON(NE) professeur(e). Vous pouvez vous blesser en la pratiquant, non pas simplement en tombant, mais à force de vous placer de façon incorrecte, en abîmant vos articulations et en fragilisant vos lombaires. Bien souvent ces blessures sont irrémédiables, notamment au niveau des ménisques, et n’apparaissent que lorsqu’il est trop tard. Il est rare de se blesser violemment en pratiquant les asanas (bien que cela puisse arriver), c’est plus une mauvaise usure par mauvais placement et sa répétition qui vont entraîner un trauma. Alors attention avec la salutation, soyez vigilants et ne vous aventurez pas seul sur ce chemin, même s’il existe de bonnes vidéos sur Internet ou de bons schémas : rien ne vaut un BON prof !

Dans notre approche consumériste nous souhaitons souvent des résultats immédiats, hors avant d’être parfaitement indépendant dans cette pratique il faut bien parfois 6 mois d’entraînement. J’entends par indépendant : libre de pratiquer sans se faire mal et sans se poser de questions.
De nos jours on oublie aussi l’aspect philosophique et spirituel de cette pratique, c’est bien le Soleil en tant qu’entité que l’on salue. Cette étoile qui nous offre la vie (entre autre), ce qui n’est pas « rien ». Alors prendre le temps de la ou le saluer n’a rien à voir avec le nombre de salutations ou si vous allez pouvoir porter votre dernier maillot fluo dans deux mois. Je conseille à « mes » élèves d’aller bien lentement et au bout de chacune des postures pour bien les ressentir, peut importe s’ils n’en font que deux, l’essentiel (pour moi) c’est d’être présent dans chacune, dans ses mains, ses pieds, son dos et de sentir la lumière du Soleil entrer dans notre coeur et notre 3ème oeil, afin peut-être de la transmettre à chacune des personnes que nous croiserons dans la journée.

Chaque être est une lampe qui peut en allumer ou rallumer une autre.

Om Shanti, shanti shanti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.